Pour les oreilles de Cybèle: images plurielles de la musique sur les autels tauroboliques de la Gaule romaine

TitlePour les oreilles de Cybèle: images plurielles de la musique sur les autels tauroboliques de la Gaule romaine
Publication TypeBook Chapter
Year of Publication2001
AuthorsVendries, C
EditorBrulé, P, Vendries, C
Book TitleChanter les dieux: musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine
Pagination197-218
PublisherPresses Universitaires de Rennes
CityRennes
ISBN9782868475985
KeywordsCibele, Gallia, iconografia, organologia, religione
Abstract

La série des autels tauroboliques des Gaules est la plus importante de tout l'empire romain. Nombreux sont les autels qui privilégient sur leur dècor la thèmatique musicale (c'est le cas à Die, Conjux, Périgueux ou Metz). Sur les reliefs apparaît, parmi les autres accessoires du culte, la panoplie des instruments de musique caractéristiques du phrygianisme: la tibia phrygienne reconnaissable au pavillon en forme de corne de son tuyau gauche, les cymbales de bronze et le tambour sur cadre (tympanon). Certaines dédicaces à Lyon et à Valence permettent également de retrouver à plusieurs reprises le nom du tibicen officiant lors des cérémonies ce qui est exceptionnel dans l'épigraphie métroaque.
Une cymbale en bronze retrouvée à Grozon (Jura) portant une inscription métroaque atteste que ces instruments pouvaient aussi être déposés dans les sanctuaires à titre votif.
Cette documentation nous donne l'occasion de nous interroger sur la place et la signification de la musique lors de la cérémonie – mal connue et controversèe – du taurobole et, au-delà, sur l'interprétation métaphorique, allégorique et cosmique que certaines auteurs ont bien voulu faire, c'est-à-dire l'invocation de certains instruments de musique et les astres. C'est aussi le prétexte pour remettre en question la vision trop réductrice d'une musique que les Modernes imaginent forcément extatique alors que rien ne prouve que le taurobole se soit déroulé, musicalement s'entend, de la même façon que les cérémonies du mois de mars, bien connues pour leur caractère débridé et bruyant. [Résumé, 218]

Site information

© 2007-2012 MOISA: International Society for the Study of Greek and Roman Music and Its Cultural Heritage


Site designed by Geoff Piersol and maintained by Stefan Hagel
All rights reserved.